search
top

Blue in Green – Miles Davis

Poursuivons notre tour d’horizon du Jazz avec une figure majeure du genre et du monde de la musique en général, j’ai nommé Miles Davis.

Né en mai 1926 sur les bords du Mississipi d’une famille aisée, le futur jazzman reçoit sa première trompette à l’âge de 9 ans et devient professionnel à 16 ans. Il est engagé par la suite en tant que trompettiste au sein d’un orchestre de Rhythm’n’Blues : les Blue Devils. Il rejoint à 18 ans la Big Band de Billy Eckstine, figure du Bebop naissant. Il s’installe alors à New-York où il entame des études de musiques mais surtout joue lors de jam-sessions auprès d’artistes tels que Billie Holiday.

Il intègre en 1945 le quartet de Charlie Parker et débute des enregistrements à ses côtés tout en commençant à composer ses propres morceaux.

C’est en 1948 qu’il décide de voler de ses propres ailes et créé un nonette (formation située entre le Bebop et le big band) dont le but est de rompre avec les codes du Bebop. C’est en 1949 que Miles Davis commence réellement à imposer son style avec de premiers enregistrements studio mais surtout la création d’un genre nouveau : le Cool Jazz.

Les années suivantes s’avèreront plus difficiles pour Davis alors accroc à la drogue. Pourtant, il refait surface en 1954 avec un nouveau sextet et la volonté de briser à nouveau des codes que lui-même avait établi avec le Cool Jazz. Il donne alors naissance au Hard Bop.

La carrière de l’artiste prend un tournant en 1955 avec la création de son premier quintet notamment aux côtés de John Coltrane au saxophone ténor. Les différents contrats signés auprès de maisons de disque de prestige lui assurent ainsi qu’à sa formation un confort matériel rare dans le monde du Jazz.

C’est à partir de 1957 que Davis entame un nouveau tournant avec la création d’un nouveau style : le Jazz modal. Il enregistrera jusqu’en 1959 plusieurs albums qui contribueront à créer le mythe comme la bande originale du film Ascenseur pour l’échafaud de Louis Malle (1957), Milestones (1958) mais surtout Kind of Blue (1959).

Un second grand quintet voit le jour en 1963. Coltrane et les autres musiciens sont petit à petit remplacés par une plus jeune génération comprenant notamment Herbie Hancock. L’arrivée du saxophoniste, arrangeur et compositeur Wayne Shorter sera néanmoins le facteur déterminant dans l’avenir du quintet. Dans les années qui suivent, le groupe enchaîne les tournées et arrive au sommet de son art avec la sortie de l’album Miles Smiles en 1966.

Toujours à l’écoute des dernières sonorités, Davis voit dans la montée du rock et du funk une opportunité de créer derechef un genre nouveau : le Jazz Fusion. Les tons, beaucoup plus électriques, se retrouvent notamment dans l’album Bitches Brew qui rencontrera un grand succès.

Débute alors une période plus électrique avec un groupe qui accueille notamment en son sein Chick Corea. L’année 1973 marque la solidification du groupe de Davis rassemblé en un septet qui se produira dans le monde entier avant le départ du maître pour raisons de santé en 1975.

Il réapparaît au début des années 80 avec des sonorités plus rock. Accompagné à nouveau de jeunes artistes, il enregistre l’album live We want Miles en 1982 qui obtient un Grammy Award l’année suivante. Il travaillera par la suite avec d’autres figures en vogue telles que Prince à la fin des années 80. Son dernier album, sorti à titre posthume, prouvera une nouvelle fois l’incroyable curiosité et faculté d’adaptation de Miles puisque ce-dernier s’associera avec des artistes de la scène hip-hop et rap de l’époque.

Figure incontournable du Jazz, Mile Davis n’a cessé d’inspirer des générations d’artistes, jazzmen ou non et a contribué à populariser un genre désormais incontournable et salué lors de festivals de renom comme le Montreux Jazz Festival. Rien d’étonnant donc à ce que le genre trouve encore du souffle en 2015. De nombreux concerts et jam sessions sont organisés chaque jour jusque dans les plus petites localités et de nouveaux talents continuent d’émerger. Il n’a d’ailleurs jamais été aussi simple de trouver instrument à son pied que ce soit en point physique ou sur en ligne. Des sites tels que Music Privilège permettent à tout un chacun de trouver chaussure à son pied avec des instruments proposés à des tarifs très accessibles. Les amoureux de musique y retrouveront ainsi pianos, guitares, percus et même des orgues liturgiques. Les jazzmen se tourneront au choix vers la gamme de Saxophones de Music Privilège ou bien la gamme de Trompettes de Music Privilège. Finalement, le plus difficile sera de faire son choix. 😉

Concluons avec l’un des morceaux les plus célèbres de Miles Davis présent sur l’album Kind of Blue, le délicieux Blue in Green.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

top
Retrouvez-nous sur Google+