search
top

Concert Final Fantasy Distant Worlds à Paris, compte-rendu

Ce samedi se tenait au Palais des Congrès de notre bonne vieille capitale le premier concert de la tournée Distant Worlds: music from FINAL FANTASY.

Dirigés par un Arnie Roth pêchu, l’Orchestre et le Chœur Lamoureux nous ont fait profiter pendant plus de deux heures de la beauté de l’œuvre de notre moustachu préféré en version orchestrale.

Je ne ferai pas de présentation détaillée du concert car d’autres l’ont déjà fait bien avant moi. Je m’attarderai seulement sur mon ressenti quant à cette édition française de Distant Worlds.

Ce concert était le premier pour moi. Écoutant depuis longtemps les versions réorchestrées des titres de Uematsu (Distant Worlds, Tour de Japon et autres albums réarrangés), ces versions m’étaient donc déjà familières et peut-être avais-je, de fait, de grandes attentes.

Que l’on ne s’y trompe pas, j’ai beaucoup apprécié ce concert. J’étais d’ailleurs très bien placée (cela dit, compte-tenu du prix de la place, bref) ce qui a du grandement contribuer à mon sentiment positif à l’égard du concert en général.

De façon laconique, je ferai ci-dessous la liste des points positifs et négatifs de l’événement. Cela reste subjectif et émane d’une vieille fan probablement très rabat-joie :

C’était top :

  • L’orchestre, composé de très bon musiciens et d’un excellent chœur ayant parfaitement réussi à retranscrire ce que j’avais déjà pu écouter lors de précédentes éditions de Distant Worlds (sur galette),
  • Dark World : FFVI est selon moi un des épisodes les plus emblématiques musicalement. Choisir de faire monter sur scène un Uematsu qui a joué à l’identique sa musique, opter pour un solo au violon d’Arnie Roth suivi ensuite par l’orchestre, je dis 10/10,
  • Le medley Battle Theme : j’attendais vraiment de ce concert de pouvoir entendre le Medley Final Fantasy I à III (une sombre histoire de Rebel Army). Aussi ai-je été un peu déçue à l’annonce d’un autre medley. C’était sans compter les cinq minutes entièrement consacrées à quelques-uns des battle themes les plus épiques de la saga à savoir Clash on the Big Bridge (où est-ce que je signe ???), Seymour Battle (que j’apprécie moins mais dont l’interprétation était très convaincante) et enfin Fighting de FFVII (gloups les gars),
  • L’instant gallinacé qui m’a ouvert l’appétit. Ceux qui y étaient comprendront,
  • Un concert qui avait « du poil aux pattes » : The Man With The Machine Gun, Don’t Be Afraid, Blinded By Light, le Medley, J-E-N-O-V-A, One Winged Angel et j’en oublie peut-être. Bref, on sort la Gunblade, un petit Aura et Lion Heart j’ai envie de dire.

 

A revoir :

  • La vidéo : je n’ai pas saisi la raison de telles disparités dans la qualité des images projetées. Si certaines cinématiques étaient superbes (FFXIII, FFIX), d’autres laissaient clairement à désirer (FFVII, FFXII !?). Le montage audio/vidéo était lui aussi très bancal. Un AMV Maker un peu dégourdi aurait fait tellement mieux.
  • La batterie : pourquoi tant de haine ? Je ne sais pas de quelle manière le son de la batterie a été restitué mais une chose est certaine, elle n’a pas eu le droit aux mêmes égards que les autres instruments. Celui-ci était en effet très étouffé.
  • Une « francisation » discutable du concert. Je n’en étais pas certaine mais il semblerait bien que le concert ai été adapté au public français. Nous souffririons donc tous apparemment de fanboyisme aigu de FFVII et FFVIII. Ces deux opus font aussi partie de mes préférés et pourtant, je regrette profondément le manque de diversité dans les musiques jouées. Point de FF numérotés de I à III, si peu des suivants. Pas de place non plus pour Hitoshi Sakimoto et son travail formidable effectué sur FFXII. Car malgré tout mon respect pour sa majestueuse grandeur Nobu-San, ne célébrait-on pas les musiques de Final Fantasy plutôt qu’un compositeur en particulier ? A ce titre, faible présence de Hamauzu qui se consolera néanmoins avec un excellent Blinded by Light.

 

Mais à part ça :3


Un commentaire à “Concert Final Fantasy Distant Worlds à Paris, compte-rendu”

  1. Mathilde dit :

    J’aurais vraiment aimé y être, ça avait l’air grandiose ! Peut-être s’il y en a un autre un jour 🙂

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

top
Retrouvez-nous sur Google+