search
top

Won’t Get Fooled Again – The Who

The Who est un groupe originaire de Grande-Bretagne (pour ne pas changer) dont la première formation remonte à 1964.

La formation initiale se compose de Roger Daltrey (chant), Pete Townshend (guitare), John Entwistle (basse) et Keith Moon (batterie). Ceux-ci se rencontrent au début des années 60.  Le nom du groupe était initialement The Detours mais une autre formation américaine possédait déjà ce nom.

Townshend se positionne comme le parolier du groupe avec des chansons introspectives. Le premier tube des Who est ainsi I Can’t Explain qui sort en 1965, single dans lequel Townshend expose ses difficultés de communication. Le style ressemble beaucoup à celui de The Kinks alors très en vogue.

Le premier album du groupe, My Generation, sort en 1966. Si The Who était associé à l’époque au mouvement Mods (modernists reconnaissables à leur look travaillé et adeptes du scooterisme puis plus tard hippies), certains considèrent le morceau comme précurseur de la musique punk.

La même année sort l’album A Quick One qui signe les prémisses de l’opéra rock. L’album concept The Who Sell Out sort en 1967 et contient le 45 tours le plus vendu des Who à savoir I Can See for Miles.

La popularité du groupe croît à la fin des années 60 et les Who sont considérés comme l’une des meilleures formation sur scène de par leur investissement et leur énergie. L’album opéra rock Tommy sort en 1968 et accélère la carrière des Who à l’international. Le groupe participe ensuite brillamment au concert de Woodstock l’année suivante.

L’album Who’s Next surpasse toutes les attentes et se révèle être un projet très novateur car accordant une partie importante à un nouvel instrument de musique : le synthétiseur. Il contient entre autre les succès Baba O’Riley, Behind Blue Eyes et Won’t Get Fooled Again.

Le très sombre The Who by Numbers sort en 1975 et reflète l’état d’esprit de Townshend alors en pleine dépression. Les Who reprennent ensuite goût à la musique comme en témoigne l’album Who Are You (1978). Cependant, ce regain n’est que de courte durée puisque Keith Moon décède des suites d’une overdose de médicaments.

Malgré deux albums sortis au début des années 80, les Who se séparent en 1982 sous l’impulsion de Townshend.

Won’t Get Fooled Again est une composition désabusée sur la révolution comme l’indique les paroles :  » We’ll be fighting in the streets […] And the world looks just the same / And history ain’t changed « . Elle est une des œuvres les plus élaborée du groupe compte-tenu de l’alliance subtile entre synthétiseur et hard-rock puissant.

 

Acheter Won’t Get Fooled Again sur Amazon

2 Réponses à “Won’t Get Fooled Again – The Who”

  1. Mathieu dit :

    C’est marrant cette rythmique en contretemps de 0:38 à 0:44, on entendrait presque de la « black music », à la Curtis Mayfield. Ça change de ce que j’avais pu entendre de The Who. Et dans le générique de CSI… on avait pas ce petit ressenti, ça puait le gros riff de guitare d’un rock anglosaxon fade que j’aime pas à la base.
    Horacio ne nous a pas tout dit après avoir chaussé ses lunettes.

  2. elissalde dit :

    j’adore ce groupe!!!ils assurent trop!! j’ai un blog sur la musique si ça vous tente http://lesmusicultesdekevin.overblog.com/ bon c’est pas un aussi bon blog que vous mais c’est ok!!!

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

top
Retrouvez-nous sur Google+